Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Frédérique de Carvalho

Frédérique de Carvalho

vendredi 15 janvier 2021, par Cécile Guivarch

Je suis née en janvier 1957. C’était l’hiver la guerre l’Algérie. mon père était militaire. avec tous les déménagements qui s’imposent et rien de vraiment différent. quelque chose comme un vase clos. un monde séparé « du monde ».

Jusqu’à 77 l’âge punk et devenir éducatrice PJJ puis enseignante spécialisée en SEGPA.

Jusqu’à 92 « la » rencontre amoureuse. Quitter paris et sa banlieue. Faire une pause. Poser ses valises dans les Alpes de Haute-Provence. D’abord un village. devenir formatrice pour adultes « en situation d’illettrisme ». ou dits « exclus » puis formatrice en atelier d’écriture.

1998. quitter le travail « extérieur ». venir habiter une ancienne bergerie isolée en lisière de forêt et à flanc de petites montagnes. En retrait. Au cœur. Planter des arbres. vivre avec une tribu animale.
co-créer avec ma compagne Mireille Irvoas l’association « terres d’encre ». se consacrer au processus de la venue de l’écriture et à son accompagnement chez les autres. Ateliers, stages de création littéraire, stages de marche-écriture et présence en paysage, formations (éducation spécialisée, psychiatrie), voyages géopoétiques, rencontres de poésie contemporaine (« les Petits Toits du Monde »). Plus de séparation entre le temps du travail et le temps du vivre.

Depuis 2014 je commence à donner plus de place à mon propre cheminement d’écrire.
Michel Foissier de Propos2éditions m’a fait confiance de suite et a publié mes quatre premiers livres. L’équipe des éditions isabelle sauvage m’a offert l’opportunité d’une résidence longue qui a donné lieu à la publication du livre cinq.
Je dois beaucoup à ces éditeurs – là - à leur travail « impeccable ». et généreux.

 

Entretien avec Frédérique de Carvalho

Extraits de (journal du) cheminement parmi, propos2éditions, 2014

l’horizon est bouclé
tout se répète    semble et
différent

toutes les lignes de mire sont des lignes de
flottaison

et la pâleur extrême est-ce
du temps qui passe un peu de neige aux
yeux

les gris de l’albatros

 

*

 

le 6 septembre

 
ce matin le soleil glisse dans les ruelles
par grands traits d’ocre sur les pierres avec le
bourdonnement de l’arrière-saison dans
les fleurs des terrasses

des conversations d’oiseaux

un peu d’air doux passe

la table les dessins les peintures les sculptures

quelques fragments du monde

la beauté simple de ce qui est

de la fenêtre de la chambre aux dessins
des brumes floutent la montagne de Lure j’aime
qu’elle soit là
en demie teinte

je connais quelques cerfs et chevreuils et biches et
des arbres et des roches et des ruisseaux d’orage et
des sources et
des sentes que je suis les traces bêtes avec
le cœur qui bat

Pascale s’est installée au tour de potier
l’argile l’eau les mains le
rythme   puis
la forme

Martine en ce moment écrit
des textes qu’elle efface en partie quand
elle fait
le dessin

j’aime ce qui se fait

avant je n’aimais que ce qui se rêve

Extraits de Déménager l’enfance, propos2éditions, 2017

une série de cravates pendouille à la porte de l’armoire
il faut choisir celle qu’ira dessous la terre on
décide une soie grise

 

on a des gestes qu’on ne sait pas

 
on va et on rapporte dans la maison une valise vide

 
ça creuse le dedans

 

*

 

un enfant à genoux d’aucune prière
enterre un oiseau qu’on aura abattu ou bien serait tombé
ou bien mal envolé

 
un enfant à genou répare l’irréparable et
c’est comme un murmure une
mélancolie posée dessous la terre
doucement et
sans larmes

 
il y a dans le ciel un partage des eaux
une ligne brisée qui
enfante la terre

Extraits de 3 montagnes & 2 océans, propos2éditions, 2018

un ciel entier nous passe par
la tête          tu
fais des
ricochets
                    tu
laisses passer
le ciel

 
on marche dans l’efface qui
revient dans
          l’avant

on dit l’enfance          mais
ce n’est pas l’enfance
c’est l’étale d’avant le retour de
la vague

 
un hibou suspendu entre la nuit le jour
accompagne

 
tu niches en creux

 

*

 

il fait si beau dehors que ça rentre
dedans c’est par tous les pores c’est jusqu’à la
cellule (dedans
          dehors)

 
l’ange et
la lumière tous les
démons de
soi

 
on tire un peu la barque sur
le rivage mais
à peine de peur que
disparaisse ou que
s’éteigne le
flambeau

Extraits de Nous revient, propos2éditions, 2020

ceux d’ici le savent bien que les corps
reviennent quand le vent est
tombé
ils disent c’est le courant les corps reviennent
au port
ils disent c’est dommage les jeunes corps
défaits
je ne jette pas la pierre

c’est fou ce qu’il faut de soleils
pour allumer le jour

 
ce qu’il faut de soleils pour
ramener
les corps dans le chaud de
la grève
bien à l’abri de tout

des étoiles endormies
je donnerai les corps pour ce rai
de lumière ce soleil
impromptu

pour
ce retour en avant dans le grand champ
blanc

 
on aurait dit des ailes qui
n’avaient pas
brûlé
comme on dit que l’on aime dans la nuit
des oiseaux et que c’est
un mystère

 

*

 

on écrivait des mots à l’envers
des murs il n’y avait
que nous
pour lire          notre langue
comment dire autrement et que ce soit
la nôtre
et nos mains s’attardaient
dans le creux chaud
des ventres

 
on aimait simplement comme on dit que
l’on rêve
nous étions confondus

 
Nous maintenant revient où sont passés
les corps
le chapelet des coquillages la pupille
dilatée les longues nuits
d’absence on amarrait
dans un grenier nos matelas la mousse le
désordre des corps tout le sel
des larmes
emmêlées    tu souriais
si loin

je ne sais aujourd’hui de quel miracle
nous étions

(...)

Extraits de barque pierre, éditions isabelle sauvage, 2020

                    il faut déplacer la honte qui laboure partout le
                    cœur tout le corps partout qui laboure il faut lever
                    le rouge aux joues cesser de sursauter au moindre
                    pas qui vient et soutenir le regard

elle dit       elle dit la mère démontée toute sa vie à
                   démonter la
                    mère
                    et rien d’autre
                    pouvoir
                    faire

                    elle dit c’est une histoire parmi les
                    histoires celle-là comme
                    une autre

                    elle dit les volets clos les deux tours au verrou de
                    la porte le village dehors et le
                    silence
                    qui tombe

le ciel n’est plus à sa place
                    qu’en est-il du désir
                    qu’en est-il du trou dans la mémoire
                    qu’en est-il du silence avalé avec le lait chaud des
                    des matins
                    qu’en est-il des deux visages de la déesse et de
                    l’imprévisible

elle dit        maintenant c’est un ciel comme
                    tous les ciels
                    à peu près
                    toujours le ciel se déchire
                    toujours et le temps
                    passe il reste un pli
                    une vague mal
                    dessinée
                    c’est peut-être la ligne

                    brisée de l’écriture

Bibliographie

  • Des aubes et des aubes, livre d’artiste avec Thierry Le Saëc, La Canopée, 2011
  • Julien, livre d’artiste avec Jacqueline Merville, collection Le Vent refuse, 2013
  • (journal du) cheminement parmi, propos2éditions, 2014
  • poésie, midrash : points (rouge), ouvrage collectif, Fidel AnthelmeX, 2015
  • Paysage première, Approche, textes nus, 2015
  • Déménager l’enfance, propos2éditions, 2016
  • Un peu de montagne tombée, livre d’artiste avec Odile Fix, 2017
  • 3 Montagnes & 2 océans, propos2éditions, 2018
  • La part nue, avec Marthe Omé, éditions du Frau, 2020
  • Nous revient, propos2éditions, 2020
  • Barque pierre, éditions Isabelle Sauvage, 2020

Quelques textes parus dans les revues : Dans la lune, Triages, Neige d’août, La Canopée


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés