Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Paysages > L’orange au coeur, Diane Régimbald et Christine Brioul, par Florence (...)

L’orange au coeur, Diane Régimbald et Christine Brioul, par Florence Saint-Roch

mercredi 27 octobre 2021, par Florence Saint Roch

En mars 2020, l’Atelier des Noyers, pour sa collection Carnets de Couleurs, a réuni deux sensibilités flamboyantes, la poète Diane Régimbald et la plasticienne Christine Brioul, afin qu’ensemble elles célèbrent l’orange. En résonance, l’une et l’autre s’immergent dans les tonalités chaudes, denses et mouvantes de leur couleur de prédilection. C’est que l’orange vit, vibre et palpite, dans les mots autant que dans les images.


(photo, FSR)

Dans Cœur d’orange, Diane Régimbald, à la lettre, prend ses quartiers dans l’orange : c’est que la couleur, d’abord, a été un fruit, et garde toujours, semble-t-il, mémoire de cet état premier. Nature intrinsèquement double et profuse de l’orange. De cette concomitance, la poète récolte des images d’une incandescence réellement savoureuse ; se livrant tout entière à «  l’envoûtement du fruit », elle se régale (et nous régale au passage) d’images pleines de pulpe : jus et chair se combinent, et font advenir des «  soleils », « résines… gemmes », « curcuma aux mille rayons de monarque », «  terre d’oxyde de fer », « Reflets cuivrés terre de Sienne », « Lune orange d’été », « pistils de safran aux draps du jour », ou encore « vin orange du plaisir » :

Nos robes voyagent à l’ardeur du temps
les pistils de safran aux draps
du jour courent dans la prière inventée
que donne l’orange

La « prière inventée/que donne l’orange » est à la fois louange et demande : car que rêver, que désirer de mieux que cette forme de vie augmentée incarnée par l’orange ? Ses « coloris de force vive » nous habitent et nous habillent, et si « Les flammes hypnotisent nos yeux […] elles brulent tout et avec elles la beauté/pose un baiser sur nos infinis  ».


(photo, FSR)

L’orange est un feu permanent, et Christine Brioul, où qu’elle pose les yeux, capte ses rayons dansants. Ses photographies, dans leur variété, donnent à voir cet horizon infiniment ouvert de nos vies que Diane Régimbald célèbre dans ses poèmes. De l’orange, celle-ci écrit : « sa voyance puissante/prédit l’éternité des imprudents », « nos mains déchirent la pulpe à vif/toujours le recommencement rond ».



(photos L’Atelier des Noyers 2020/Christine Brioul)

Cœur d’orange est une ode à la vie qui sans cesse se poursuit, varie, flambe, brûle, se recommence. Nous y aimons davantage nos existences-phénix toujours promptes à renaître de leurs cendres, tant poèmes et photos, à l’unisson (les échos, entre textes et images, sont tantôt subtils, tantôt flagrants) convoquent la force du vivant, son inépuisable, dirait-on, puissance d’invention :

Nos bouches comme le o de l’orange
amère ou douce force vitale
excitées par la chaleur répandue pareille
à une dose de métamorphose vive
terriblement ouverte à sa puissance
incarnée si vibrante étendue


(photo L’Atelier des Noyers 2020/Christine Brioul)

titre documents joints


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés